Des déserts alimentaires en Grande-Bretagne

Une étude menée sur le territoire britannique, et publiée par le Guardian ce vendredi 12 octobre, a révélé que plus d’un million de personnes vivent dans des « déserts alimentaires » au Royaume-Uni. En cause, la distance entre les consommateurs et les commerces, et un accès compliqué aux transports pour se rendre dans ces commerces.

Ces « déserts alimentaires » sont des zones résidentielles périphériques relativement pauvres et désinvesties par la grande distribution, et des quartiers de centre-ville dans lesquels le commerce de proximité est très affaibli et ne pourvoit plus de denrées alimentaires fraîches et de qualité.

Les experts en santé publique s’inquiètent de voir ces conditions aggraver les problèmes de diabète et d’obésité dans des zones déjà pauvres et touchées par le problème de la « junk food ». Ces problèmes sanitaires, particulièrement préoccupants en Grande Bretagne où plus du quart de la population est obèse, ne sont donc plus simplement liés aux habitudes alimentaires, mais semblent être en fait la conséquence de l’organisation territoriale, et plus particulièrement des transports et des commerces.

Mais qu’en est-il chez nous, en France ?

Si le problème des déserts alimentaires ne semble pas avoir fait l’objet d’étude récente, les phénomènes qui les produisent sont, eux, déjà observables :

  • D’une part, la mort des épiceries et des petits commerces laisse la grande distribution seule pourvoyeuse de nourriture fraîche (fruits, légumes, viande, poisson, …)
  • De son côté, la grande distribution, qui fait plus de marge sur les produits transformés, n’aide pas les consommateurs à garder une alimentation saine, ce qui a même forcé les autorités à légiférer, en France comme en Grande-Bretagne.
  • Et enfin, les banlieues les plus pauvres n’intéressent pas les grands groupes de distribution, qui préfèrent implanter de nombreuses grandes surfaces dans les régions riches, accentuant ainsi les inégalités d’accès à une nourriture saine.

Combattre ces phénomènes et leurs effets est une question de santé publique et de lutte contre les inégalités. Cela appelle un soutien des pouvoirs publics au commerce de proximité, et nécessite d’imaginer de nouveaux modes de distribution et d’acheminement aux consommateurs, adaptés à chaque territoire.

Publié le 13/10/2018 par Olivier JULLIAN dans : Economie locale