Quelle consommation demain ?

Nouveaux modes de consommation 

"Consommer moins mais mieux" semble devenir la tendance du monde d'après la crise du coronavirus. 

Livraisons à domicile, "Made in France", circuit court... Quelles sont les nouvelles habitudes de consommation ?

En fermant les commerces "non-indispensables à la vie du pays" dès le début du confinement, le gouvernement a bouleversé les habitudes des Français. Du jour au lendemain, de nouvelles solutions pour adapter nos alimentations quotidiennes ont vu le jour. Avec la fermeture des restaurants, l’arrêt des cantines scolaires et d’entreprises, il a bien fallu résoudre la problématique de se nourrir quotidiennement, soi-même et souvent aussi sa famille avec un accès restreint aux matières premières. Au-delà d'une phase de "panique" des premiers jours qui a engendré l’afflux de nombreux consommateurs dans les supermarchés à la recherche de produits "basiques" (beurre, farine, œufs, yaourts, etc.), les Français se sont ensuite adaptés à leur condition d’enfermement temporaire et, pour la grande majorité, ils admettent avoir changé leurs habitudes de consommation durant les semaines de confinement et comptent désormais favoriser les produits locaux. Selon une enquête de l'Observatoire Cetelem, 57% des Français considèrent que beaucoup de choses vont changer dans leur mode de vie. "La période que nous venons de vivre, propice à l’introspection, a renforcé l’envie de changer de pratiques chez ceux qui étaient déjà engagés sur cette voie" explique Philippe Moati, cofondateur de l'Observatoire Société et Consommation (Obsoco).

Augmentation des achats en ligne, succès du drive, de l'achat local... Vers un chamboulement durable ?

Passer des heures debout dans les files d’attente devant les supermachés, tout en s’exposant au virus, hors de question. D'après une étude de l'institut Kantar, "les Français sont désormais 58% à préférer faire leurs courses au plus près de chez eux, et 42% à éviter les hypermarchés, où ils craignent de croiser trop de monde". Les hypermarchés qui connaissaient déjà avant la crise “une baisse régulière et structurelle de leur fréquentation, ont encore perdu 2,3 points de parts de marché en quelques semaines, c’est énorme”, note Gaëlle Le Floch, directrice stratégique chez Kantar.

De son côté, le drive a bondi fin mars de près de 75% selon une enquête menée par le cabinet spécialiste de la consommationle cabinet Nielsen. Deux fois plus qu’avant la crise ! Et le drive n'est pas le seul mode de consommation a être sorti renforcé de cette crise : l'e-commerce semble être l'un des grands gagnants du confinement. Toujours d'après le cabinet Nielsen, l'e-commerce a représenté plus de 10% du marché des produits frais ainsi que de grande consommation en avril, contre 7% juste avant le confinement et 6% en 2019. L'institut Kantar, autre observateur du secteur, estime que 2,5 millions de nouveaux clients se sont laissés tenter par l'e-commerce au mois de mars. Au total, le secteur a enregistré 71% de trafic et 83% de chiffre d'affaires supplémentaire en avril. Cette croissance exponentielle du commerce en ligne est notamment liée à son adoption par de nouvelles clientèles, à savoir les consommateurs plus âgés et ceux qui étaient auparavant plus réticents à l’usage d’Internet. Parmi les besoins fondamentaux, les ventes de produits hygiéniques ont augmenté de plus de 70%, les équipements de la maison + 120% et + 62% pour les produits high-tech, selon une étude de Publicis Sapient. 

Une consommation qui s'engage

Les besoins fondamentaux des Français connaissent-ils une nouvelle définition depuis la crise du coronavirus ? Les rayons dévalisés, la peur du virus ainsi que cette envie de retour à l'essentiel ont souvent incité certains Français à acheter moins, mais mieux. Durant tout le confinement, on a d'ailleurs pu voir fleurir sur Internet bon nombre de recettes "faciles", "avec les restes du frigo", "anti-gaspi", incitant les Français à limiter leurs déplacements vers les grandes surfaces. De nombreux consommateurs ont ainsi réduit de moitié leurs aller-retour au supermarché, faisant en une seule fois des plus grosses courses, avec des produits plus sains et non-périssables rapidement. Avant la crise, le circuit court alimentaire ne représentait que 15% de l’approvisionnement alimentaire du pays. "Aujourd’hui, il y a une appétence extrêmement forte pour le circuit court. On observe d’ailleurs une augmentation de plus de 20% de la fréquentation dans les commerces de proximité", analyse Maxime Combes, économiste et militant pour la justice climatique

Des prises de conscience durables ?

Selon l'étude YouGov "Évolution des modes de consommation post confinement", 64% des Français pensent que cette crise sanitaire marquera un tournant dans les modes de consommation en général ; 50% déclarent d'ailleurs ne pas avoir repris leurs anciennes habitudes de consommation depuis la fin du confinement. Les façons de consommer ont été réellement bouleversées lorsque l'on constate que 69% des Français ont l'intention de favoriser les petits commerces de proximité et 78% d'entre eux ont aussi l'intention de favoriser désormais les produits "Made in France".

La grande question est alors aujourd'hui la suivante : est-il possible de concilier le besoin exprimé par les Français de consommer localement et celui de s'orienter de plus en plus vers l’e-commerce ? La réponse est oui ! Des solutions digitales telles que Veando vous permettent de respecter votre engagement envers la qualité des produits, envers une alimentation plus saine et équilibrée à travers des achats et des recettes de produits bruts, envers une consommation porteuse de sens, la plus locale possible. Mais également de respecter un engagement solidaire et de soutien aux artisans et aux petits commerçants de proximité.

En ce sens, nous avons lancé dès le début du confinement, une opération de solidarité dictée par notre peur de voir nos petits commerces disparaître face à cette crise sanitaire devenue économique pour tous ces acteurs indispensables à nos centres-villes. L'économiste Maxime Combes estime d'ailleurs que : "De nombreux producteurs sont actuellement en train de mettre en place des drives [qui requièrent l’utilisation du numérique] mais pour le mettre en place plus massivement et efficacement, ils ont besoin d’aides". Voici donc venu le temps de la révolution des usages et Veando est là pour vous accompagner ! En d'autres termes, nous offrons un service de drive avec tous les produits locaux de vos commerçants de quartier. Le tout en évitant l'affluence des supermarchés et en profitant à l'économie locale !

  • Commerçants, inscrivez-vous vite sur notre plateforme www.veando.com (notre opération de gratuité totale est toujours en place) 
  • Consom'acteurs, partagez l’info et rendez-vous sur Veando pour votre shopping !

Posté le 16/06/2020 Posté par Mathilde BONNIN dans : Tendances Consom'acteurs Commerces innovants